D'un tour de roue

D'un tour de roue

Macédoine - Grèce : Samedi 5 Mai - Mercredi 9 Mai (252km)

Samedi 5 Mai : Dzepiste - Orhid (57km)

 

Une journée toute en douceur au bord de l'eau. On remonte une rivière en pente douce en direction de Struga. Le cours d'eau traverse des vallées boisées au milieu des montagnes. En passant dans un village un type crie : "Welcome to républic Macedonia". La circulation est inexistante sur cette petite route.

 

En arrivant à Struga vers midi on s'installe sur une jetée au milieu du lac bordé de hauts sommets enneiges. Les terrasses des bars sont pleines et les sonos poussées à fond diffusent les derniers tubes du moment. Tout d'un coup l'appel à la prière retentit. On peut ajouter à ça les restes d'un communisme et l'alphabet ciryllique. L'ambiance est assez étrange.

 

On repart sous un soleil de plomb pour une dizaine de kilomètres. On a décidé de s'arrêter tôt aujourd'hui, dans la ville d'Orhid. Sur place on se trouve un hôtel pour des questions d'intendance essentiellement (lessive, douche, recharge des batteries etc.).

 

Le centre ville d'Ohrid            

 

On va finir l'apres midi en ville. On flâne dans les rues en grignotant des pistaches. Les prix sont vraiment bas ici : par exemple 33 cl de bière commandes au bar valent 1 €, une glace 0,25 €. Du coup on peut en profiter pour se faire plaisir et on finit au restaurant. Les spécialités locales sont vraiment pas mal, jogurt liquide, purée de poivrons rouges épicée (ajvar), poivrons farcis au riz et a la viande, vin du pays et pâtisseries (tulumba).

 

 

Dimanche 6 Mai : Orhid - Bitola (63km)

 

Avant de partir de l'hôtel on discute avec les 2 employés de la réception. Ils nous parlent politique et nous expliquent les tensions qui existent entre la Grèce et la Macédoine. La Macédoine est en effet le nom d'une large région du nord de la Grèce. L'etat grec donne donc le nom de FYROM (pour Former Yougoslavian Republic Of Macedonia, ancienne republique yougoslave de Macedoine) à la Macédoine et bloque pour cette raison, entre autres, l'entrée de la Macédoine dans l'union européenne. Bien que la paix soit rétablie dans cette région, de nombreuses tensions restent.

 

Après la traversée du Monténégro le col que nous franchissons ce matin est presque trop facile (a 1200m d'altitude).Après midi nous descendons vers Bitola. Seul fait notable nous battons notre propre record du monde sur tandem mixte avec une pointe à 73,67 km/h.

 

 

 

On apprend le nom de notre nouveau président après avoir installé notre camp face au pic Pelister.

 

 

Lundi 7 Mai : Bitola - Arnissa (Grèce) (79 km)

 

Après la traversée de Bitola, on attaque nos derniers kilomètre en Macédoine. Ça aura vraiment été une bonne surprise que ce pays.

Nous traversons une plaine marécageuse ou de nombreux oiseaux viennent se nourrir. Nous avons même le plaisir de croiser quelques cigognes. Le retour en Europe ne nous pose aucun soucis administratif.

 

Après avoir mis 2 ou 3 jours à s'habituer au cyrillique c'est à l'alphabet grec qu'il va falloir se faire. En comptant la Turquie, en 13 jours on aura connu 5 pays, 5 langues, 3 alphabets. Heureusement que l'anglais est assez bien parle partout en Europe.

 

 

On quitte la plaine assez rapidement en prenant la direction du lac de Vegoritida. On roule au milieux de collines plantées d'arbres épars. Le paysage est vraiment agréable. Après avoir franchi un petit col, on descend jusqu'au bord du lac ou sont plantés d'immenses vergers.

On se perd un peu dans les rangées d'arbres fruitiers en tentant d'atteindre le lac. Les agriculteurs sont en train de traiter les champs avec des tracteurs équipes d'énormes pulvérisateurs. On les entendra tourner jusque tard dans la nuit.

 

 

Mardi 8 : Arnissa - Pella (80km)

 

On roule vers Edessa au milieu de vergers de cerisiers et de pechers.

À Edessa on cherche la gare pour avoir des informations sur les trains Thessalonique - Istanbul. On tombe par hasard sur une belge qui habite ici maintenant. Depuis quelques annees les trains s'arretent à la frontiere. Nous qui sommes venus expres de Dubrovnik, notre plan tombe à l'eau. On apprend en surfant sur internet que des bus relient les deux villes. Mais pourront-ils transportés le vélo ?

 

À partir d'Edessa on roule dans la plaine de Thessalonique sur une route beaucoup plus passante bordée de vergers et de genets en fleur. La pause de midi est prise sous une chaleur écrasante, à l'ombre d'un amandier.

Nous traversons ensuite d'immenses champs de blés. Difficile de trouver ou dormir au milieu des cultures. Aucun m² de terre n'est pas exploité. On campe finalement dans un bosquet d'acacias habité de nombreuses ruches.

 

 

Mercredi 9 Mai : Pella - Thessalonique (51km)

 

Le paysage n'a pas changé depuis hier soir. On traverse des champs de blés sur une grande route jusqu'à arriver après un feu tricolore à une section limitée à 110. Demi-tour immédiat. On emprunte des routes parallèles traversant des rizières.

Nous faisons le plein a la boulangerie de Sindos en dégustant une délicieuse pâtisserie grecque (pâte feuilletée fourrée de crème saupoudrée de sucre et de cannelle). C'est l'occasion pour le boulanger de discuter avec nous de notre voyage.

 

Avant même d'atteindre le centre ville de Thessalonique, on trouve la gare des trains, située à côté de la gare des bus. Il nous suffit de trois minutes pour trouver une compagnie de bus reliant Istanbul qui peut prendre notre vélo dans la soute du car. C'est incroyable de résoudre notre problème si vite.

 

Le bus part à 21h ce soir. Il nous reste l'après-midi pour visiter la ville...

 

 

Le vélo rentre tout juste dans la soute du bus. En route vers Istanbul.



14/05/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres